titre

La vie est pleine de surprises heureuses! Chaque fois que je songe à David, je ne puis m'empêcher de penser à ces paroles d'Antoine de St. Exupéry, à propos des camarades, dans Terre des hommes.

« Il faut le hasard des voyages pour rassembler, ici ou là, les membres dispersés de la grande famille professionnelle. Autour de la table d'un soir, à Casablanca, à Dakar, à Buenos Aires, on reprend, après des années de silence, ces conversations interrompues, on se renoue aux vieux souvenirs. Puis l'on repart. La terre ainsi est à la fois déserte et riche. Riche de ces jardins secrets, cachés, difficiles à atteindre, mais auxquels le métier nous ramène toujours, un jour ou l'autre. Les camarades, la vie peut-être nous en écarte, nous empêche d'y beaucoup penser, mais ils sont quelque part, on ne sait trop où, silencieux et oubliés, mais tellement fidèles! Et si nous croisons leur chemin, ils nous secouent par les épaules avec de belles flambées de joie! Bien sûr, nous avons l'habitude d'attendre... »



Vers la fin des années soixante, et jusqu'au début de 1970, David et moi fîmes ensemble beaucoup de photographie. Nous poursuivions notre qûete de l'image au studio, en chambre noire et parmi les paysages enchanteurs de la nature, souvent à des heures indues. Et quand on ne pouvait pas sortir, on entamait des discussions profondes sur les photographes Henri Cartier-Bresson, Robert Kapa, Youssouf Karsh, Arnold Newman, Robert Doisneau, Henri Kertesz et des dizaines d'autres!

En 1970, David partit vivre en Extrême-Orient, et un ans plus tard, je vins vivre au Canada. Au début des années 1980, David échappa accidentellement son appareil photo dans la mer...et ne toucha à aucun autre appareil au cours des trente années suivantes, très occupé qu'il était par sa famille et son boulot.

Néanmoins, David ne s'est pas roulé en boule dans une sécurité bourgeoise ni dans les routines et les rites étouffants de la vie. Il n'a point élevé de rempart contre les vents, les marées et les étoiles. Il n'a point laissé s'endormir le musicien ou le poète qui l'avaient toujours habité. Ainsi, la lumière resta présente dans sa vie, et un jour, il entendît de nouveau l'appel des muses.

David se remit à la photographie!

Aujourd'hui ses œuvres sont profondes et remplies de poésie. C'est comme s'il n'avait jamais cessé de photographier, mais sa maturité visuelle et sa sensibilité ont progressé au fil des années!

Je suis très heureux que David ait accepté de nous faire partager sa vision!

Philip Lim

Mail gif

Cliquez sur Choix, Pèlerinage, Wu Yuan, Sinkiang, YangSo, XiaPu, Steppes ou Si les murs de Port Louis m'étaient contés… et Jilin pour démarrer

Les photographies et les textes de ce site, sont sous la protection de la loi Internationale et Canadienne des droits d'auteurs: © David Yang. Les images peuvent être téléchargées pour des fins de visionnement seulement. Les photographies et les textes ne peuvent être reproduits ou re-publiés électroniquement ou par toute autre forme d'impression, sans la permission écrite de l'auteur.